Présentation de progrès accompli dans l’informatisation et l’assainissement du circuit de la paie des fonctionnaires et agents de l’Etat

Du 05 au 06 mai 2016, le Ministère de la Fonction Publique a organisé, avec le concours de la Banque Mondiale, dans la salle des conférences de l’Hôtel du Gouvernement un séminaire interministériel sur les stratégies de la réforme et modernisation de l’administration publique.

Dans son discours d’ouverture, Son Excellence Monsieur le Premier Ministre a souligné la nécessité impérieuse de mobiliser toutes les ressources pour la mise en œuvre de la réforme de l’administration publique, laquelle constitue la voie obligée vers l’émergence de la RDC.

Intervenant, à son tour,  Son Excellence Monsieur le Ministre D’Etat, Ministre du Budget, le Professeur Michel BONGONGO IKOLI NDOMBO a présenté le progrès accompli dans l’informatisation et l’assainissement du circuit de la paie des fonctionnaires et agents de l’Etat.

En ce qui concerne la bancarisation, cette réforme  a amélioré la maîtrise de la dépense des rémunérations et des effectifs payés par le trésor public et  a permis, en outre, de réaliser des économies importantes sous forme de reliquats reversés dans un compte ad hoc ouvert dans les livres de la Banque Centrale du Congo qui affiche au 27 avril 2016 un solde créditeur de 49,7 milliards de francs congolais.

Pour ce qui est du contrôle de la paie des agents publics diligenté dans les Secteurs de l’ESU-RST, de l’EPS-INC/ETP et de la Santé Publique, un effectif de 2.085 unités a été bloqué dans le fichier de la paie pour un impact mensuel de FC 385.335.082, soit CDF 1.156.005.246 par trimestre.

Par ailleurs, dans le cadre de la politique de rationalisation des rémunérations, le Gouvernement vise à mettre en place progressivement les éléments de base d’une politique salariale cohérente et efficace, en réduisant les fortes disparités de rémunérations existant entre catégories professionnelles et les différents secteurs.  Cette réforme s’inscrit dans la foulée de l’action menée par le Comité de Pilotage pour la Modernisation de l’Administration Publique, en sigle CPMAP. 

Au terme de la réforme, il sera possible d’intégrer dans un seul système la gestion de ressources humaines et la paie des fonctionnaires de l’Etat,  avec le ministère de la Fonction Publique comme donneur d’ordre (engagement), le Budget (Liquidateur), les Finances (ordonnateur) et les banques (payeurs).

Cellule Paie, Kinshasa le 11/05/2016